vendredi 21 novembre 2008

TENDANCE DU VOTE SOCIALISTE (MAJ) - RESULTATS

Seuls les résultats des petites fédérations étant arrivées, les tendances sur I-Télé sont de :
40% pour Ségolène Royale,
37% pour Martine Aubry,
23% pour Benoît Hamon.

Évidemment, il faut attendre le résultat des grosses fédérations, où Martine Aubry et Ségolène Royale devraient grandir leur écart avec Benoît Hamon.
Il paraitrait que les inscrits de 2006 seraient revenus en masse pour voter... Un taux de participation aux alentours de 60%.

Aux dernières nouvelles, (1h32)
42.45% pour Ségolène Royal
34.73% pour Martine Aubry
22.5% pour Benoit Hamon


video

Apparemment, Benoît Hamon appellerait à voter pour Martine Aubry, selon une source du Figaro.fr. Ainsi que sur L'Express.

"Moi aujourd'hui j'ai fait le choix en toute transparence de demander aux militants de se reporter massivement sur Martine Aubry", a-t-il dit à la presse.


Petites phrases durant tout ce congrès :

Ségolène Royal : «Le Parti socialiste a perdu le sens du code de l'honneur. La politique a besoin de sincérité, de vérité, d'authenticité.» Lundi, sur France 3, à propos du soutien de Bertrand Delanoë à Martine Aubry. Le maire de Paris avait assuré la veille qu'il ne donnerait pas de consigne de vote…

Bertrand Delanoë : «Avoir le sens de l'honneur, en démocratie, c'est défendre avec constance des convictions sincères, quel qu'en soit le coût pour soi-même.» Mardi, dans un communiqué, pour répondre à Royal. «J'ai lu que je serai le grand perdant du congrès. Je vais vous dire : ça m'est égal ! Je ne veux pas que Nicolas Sarkozy ou François Bayrou en soient les vainqueurs !» Dimanche, à Reims.

Jack Lang : «Chacun doit balayer devant sa porte.» Mardi, sur RTL, en réplique à Ségolène Royal sur le sens de «l'honneur».

Martine Aubry : «La politique, c'est donner un sens, pas demander à chacun ce qu'il veut.» Avant le congrès de Reims.

Ségolène Royal : «On voit l'éternel retour, là, à l'œuvre. Avec Martine Aubry, il y a Laurent Fabius ; avec Bertrand Delanoë, il y a Lionel Jospin. Donc, c'est le retour de ceux qui ne veulent pas passer la main à une nouvelle génération.» Lundi, sur France 3, avant de dénoncer un «front» contre elle.

Benoît Hamon : «Je suis fatigué du spectacle de militants socialistes ou de dirigeants socialistes qui donnent l'impression d'être plus en colère contre d'autres socialistes que contre la droite.» Mercredi, sur Europe 1. «Je trouve que ça dégénère.» Mardi, sur France 2.

Jean-Marc Ayrault : «Tout ce qui contribuerait à l'affrontement de personnes qui nous a déjà coûté très cher serait une faute, je n'ai pas l'intention d'y participer.» Mardi, lors d'une conférence de presse, en refusant d'indiquer pour qui il allait voter.

Henri Emmanuelli : «Le meeting se situait entre le show-business et le rassemblement de secte .» Le 28 septembre, après la réunion de Ségolène Royal au Zenith, où elle était apparue en tunique indienne.


A vous de faire votre choix... La bataille va être rude.

Aucun commentaire: