mercredi 19 novembre 2008

SONDAGES... MAIS LA VERITE ?

Les sondages sont ce qu'ils sont... Tranches de populations réduites, pas forcément socialistes (dans ce cadre-là, à priori, c'est ce qui pourrait nous intéresser).

Un sondage BVA est sorti, il est plus pertinent de visualiser d'un seul coup d'oeil les différentes tendances, des Français, sympathisants de gauche et sympathisants socialistes, afin de mieux cerner les données et les analyser. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Ce qui est flagrant, c'est que Bertrand Delanoë reçoit une image positive de l'ensemble des Français, Ségolène Royal, une image négative. Que Benoît Hamon n'est pas encore assez connu. Que Martine Aubry divise.
Quant à l'ensemble des sympathisants de gauche ET socialistes, les opinions restent divisées entre les trois personnalités de gauche, Ségolène Royal et Martine Aubry, restant au coude à coude au niveau de l'image positive, mais Ségolène Royal, moins appréciée, ceci étant probablement dû à l'ouverture centriste... Hamon restant une fois de plus l'inconnu de la "donne".
Quant aux sympathisants purement socialistes, Ségolène Royal garde toutefois un très léger avantage sur Martine Aubry (2%) mais 5% d'avis défavorables supplémentaires par rapport à cette dernière.
Il est donc important de prendre en compte les sympathies qui vont à l'encontre de Bertrand Delanoë, mais gardant en mémoire que son allié était François Hollande.
Ses voix, par conséquent, n'iront pas toutes vers Martine Aubry.
46% des sympathisants socialistes souhaiteraient que Ségolène Royal soit choisie comme premier secrétaire fédéral du parti socialiste contre 48% qui désirerait quelqu'un d'autre. Ce mouvement est plus fort concernant l'ensemble de la gauche. La tendance est plus forte concernant l'ensemble des Français.

Autant dire que ces chiffres n'apportent pas tellement de réponses, le caractère hétéroclite d'une union Aubry-Delanoë n'étant pas viable dans la crédibilité d'une réelle alternative d'opposition active et efficace, mais pourrait réunir le plus de socialistes SI un réel changement était apporté au parti socialiste ainsi qu'un profond renouvellement.
Il reste évident que Ségolène Royal a du mal à "rattraper" les bourdes de la précédente campagne présidentielle.
J'avoue avoir bien observé sa dernière intervention télévisée sur canal + hier. On a l'impression qu'elle fait toujours attention à ce qu'elle dit, et elle a raison (...). Elle joue, en quelque sorte, sur le même tableau que Nicolas Sarkozy (utilisation de l'image médiatique), ce qui peut déplaire, mais elle est entourée d'une équipe jeune, dynamique et compétente. C'est l'image qu'elle (son équipe) veut en donner sur le plateau, mais également en dehors.


Sur les différents plateaux, on parle, et cela ne m'étonne pas, je m'y attendais, d'une femme contre une autre femme : voilà la stratégie d'abandon de candidature de Bertrand Delanoë, et son revirement avec l'appel pour la candidature pour Martine Aubry. Quand le sexe se mêle de politique...
Autre stratégie, celle de Ségolène Royal, qui s'était mise en retrait lors de la campagne, ce qui prouve que sa personnalité déplait (ou son image, au choix).

J'avoue que je suis partagée. Ceci pour une bonne raison : les prochaines présidentielles.
L'équipe de Martine Aubry, pour moi, présente un léger désavantage, celui de la "vétusté" du parti socialiste, excusez-moi du terme, mais par contre, un travail en profondeur, ancré à gauche.
L'équipe de Ségolène Royale porte un dynamisme certain, adapté au monde moderne, avec, toutefois, un léger "risque" de dérive libérale du parti socialiste.

Au bout du compte, je m'aperçois que... je ne sais pas non plus quel sera mon vote demain !
Ne rigolez pas, regardez : to be or not to be (...)

A re-regarder Ségolène Royale sur Canal +, je m'aperçois qu'elle accentue beaucoup sur certains mots : légitimité, insupportable (misère des Français), les chiffres...
Ecoutez bien aussi, ce que le journaliste dit sur les Verts...

Cette dernière image aussi montre certains côtés ridicules, le déchirement ira jusqu'au bout :

Symbole, Moi je, attaque...

Quand un autre fait la moue. (clin d'oeil pas méchant) Se tient à part, jusqu'au bout. Chapeau.

On a juste oublié une chose, lors de ce congrès. L'adversaire de la gauche, c'est la droite.

Sondage à télécharger en faisant clic droit et enregistrer sous...

1 commentaire:

laurence a dit…

Oui ils se trompent d'adversaire, c'est la régression que nous propose la droite qu'il faut mettre en avant et non leur querelle intestine pour le pouvoir.Mais là dessus je les trouve bien timorés, voir muets!Ils ont plus de vigueur pour se tirer dans les pattes!

Bien sûr,il n'y aura qu'un ou une élue,les autres devraient naturellement s'effacer et aider à la refonte du PS.Là je crains que l'ego des perdants et la rancoeur soient là à nouveau pour faire barrage.

Il est des moments où je me demande s'il ne vaudrait pas mieux que tout "péte", et que quelque chose de cohérent naisse. Je pense que c'est le seul moyen de se débarasser des "éléphants" et de tous ceux qui se complaisent dans l'immobilisme, dans un parti plus que dépassé.

Ce que j'écris là bien sûr n'engage que moi. Mais je ne vois pas comment -en l'état actuel des choses, vu les divisions des membres- celui ou celle qui sera élu pourra rassembler, travailler pour remettre le PS en état de marche et faire taire toutes les dissensions!

Bon courage au "malheureux" élu, la tâche sera rude et semée d'obstacles.-