samedi 15 novembre 2008

LA POLITIQUE RESERVE-T-ELLE DES SURPRISES ?

Au vu de ce qui se passe lors de ce congrès socialiste, peut-on se prendre encore à rêver ? A rêver d'un changement réel des choses, celles du peuple, celui qui en subit les conséquences. On a l'impression d'assister à un combat de personnes, certaines plus pitoyables que d'autres. Une Martine Aubry qui, au bout du compte, ne semble pas réunir aussi facilement qu'elle le souhaite, Benoît Hamon qui se porte candidat au poste de premier fédéral, Bertrand Delanoë qui hésite encore, et Ségolène Royal dont la question non tranchée du Modem, en appelle aux militants.
Selon un sondage sur Dimanche Ouest France, à paraitre dimanche, 47% des Français pensent que le PS devrait nouer des alliances avec les centristes, 31% avec les gauches "traditionnelles" et seulement 17% avec Olivier Besancenot, mais qu'en pensent les membres du Parti Socialiste ?
Personnellement, je vois mal des alliances avec ce dernier possibles. Les gauches "traditionnelles" ont un poids électoral insuffisant. Alors, quelles sont les priorités ? C'est peut-être cela, la vraie question (Gagner en 2012 ou tenter de reconstruire le PS, les deux ne sont-ils pas conciliables ?). Au vu de ce qui se passe, je me dis que le parti socialiste n'est pas près de se reconstruire, sur des bases nouvelles, ni même de s'unir. Il faudrait peut-être faire table rase de beaucoup de choses. Trop de différences ? Trop d'égo ? Toujours les mêmes questions qui reviennent, et l'anti Ségolénisme de rigueur.

Voilà ce que cela donne dans les médias, dont nous sommes la risée, parce qu'il faut bien se mettre quelque chose sous la dent.


Découvrez l'interview de Vincent Peillon ainsi que celle de Patrick Allemand, qui semble tout-à-fait dans "son" élément...


Localement donc, Éric Ciotti devrait se présenter pour les cantonales partielles de Saint Martin Vésubie plutôt que le douzième canton, ceci lui assurant à coup sûr son élection, ainsi que celle à la présidence du Conseil Général (?). Un nouveau duel Ciotti-Concas lui aurait-il été fatal ? Cela le forcera par contre à démissionner de son mandat de premier adjoint à la mairie de Nice. Si sa compétence au poste de la présidence du Conseil Général ne fait aucun doute, cela ne fera pas forcément l'unanimité au seing de l'UMP. A suivre...

1 commentaire:

http://toobanal.canalblog.com a dit…

Je ne comprends pas ce harcèlement contre Ségolène...
Est-ce un comportement de dinosaure ?