dimanche 20 juillet 2008

QUE LA ROUILLE FUT

4 commentaires:

Francoise du Var a dit…

Bien malade cette grille... bisous
Françoise

Tigwenn a dit…

La rouille de Maxime le Forestier.

Elle teinte bien les feuilles d'automne.
Elle vient à bout des fusils cachés.
Elle rongerait les grilles oubliées
Dans les prisons, s'il n'y venait personne.

Moi, je la vois comme une plaie utile,
Marquant le temps d'ocre jaune et de roux.
La rouille aurait un charme fou
Si elle ne s'attaquait qu'aux grilles...

Gros bisous ;)

Cristina a dit…

Jolie photo et j'apprécie le beau texte de Maxime le Forestier!
Exellent dimanche, bisous.

Fleurdeblog a dit…

Hi hi, c'est un montage, Françoise... C'est une rambarde sur le sentier de Cap d'Ail !!! Pas mal non ?

Merci de m'avoir trouvé les paroles, Tigwenn, je pensais à cette chanson quand j'ai fait mon montage...
Faut que je trouve la chanson...

Bisous
Bisous à toi, Cristina, heureuse que cela te plaise.